Fusion contre Fission

Après les incidents au Japon, on peut se demander si la fusion posera autant de problèmes en cas de fuite ou de coupure d’électricité.

Le principal avantage est que le tritium est 250 fois moins radioactif que l’uranium. La faible quantité utilisée contaminera au plus, que le département des Bouches-du-Rhône, ce qui face au centrales à fission est très réduit. En plus le tritium a une période radioactive de seulement 13 ans. Si jamais le tokamak explose la zone contaminée sera ré-habitable au bout de seulement 15 ans. Pour l’uranium cette période est de 710 millions d’années.

Le deuxième avantage est qu’en cas de panne du circuit de refroidissement ou de coupure, la réaction va très vite s’arrêter puisque le plasma (dans lequel s’effectue la réaction) se transforme rapidement en gaz en l’absence de chauffage. Même en cas de fissure du tokamak le champ magnétique (si le réseau électrique n’est pas touché) contiendra le plasma et évitera les fuites. Le tokamak étant aussi enterré, les rejets dans l’air seront beaucoup moins importants.

Par rapport à la fission, la fusion sera beaucoup moins dangereuse mais il restera toujours des problèmes liés à la radioactivité.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×