Conclusion

Pour conclure, le projet ITER ne sera pas directement un facteur de pollution. Mais, bien que la centrale ne rejette pas de CO2, les rejets de tritium sont très nocifs pour les êtres vivants. La structure du Tokamak devenant radioactive, le problème de traitement des déchets radioactifs se posera comme actuellement avec les centrales à fission. De plus le coût total du projet nous laisse perplexe (+ de 16 milliards d'euros). Mais après tout c'est de la recherche. C'est pourquoi deux prix nobels de physique ont exprimé leur opinion sur le projet Iter: Masatoshi Koshiba et Georges Charpak, dont on peut trouver une interview à ce sujet ici. Nous vous invitons aussi à répondre au sondage sur le site web.

En revanche, si ces problèmes sont résolus, on disposera alors d'une énergie inépuisable, utilisant seulement de l'hydrogène et de lithium pour produire de l'électricité. Si la fusion est bien maitrisée, 1 gramme d'hydrogène remplacerait 8 tonnes de charbon. De plus, il n'y aura aucun rejet de CO2 et donc de conséquence sur le réchauffement climatique. Enfin, la construction générera au total 5000 emplois sur 20 ans. La fusion est donc une énergie d'avenir.

 

Nous remercions tous les professeurs qui nous ont aidés lors de la réalisation de ce TPE, ainsi que les personnes qui ont réalisé les vidéos.

Version PDF (Compte-rendu)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×