Impacts environnementaux

Comme les centrales nucléaires existantes, le projet Iter a pour but de ne pas polluer directement. En effet, la gestion des déchets nucléaires est aujourd'hui le seul problème des centrales, car nous ne prenons pas la peine de les recycler. Comme la machine est auto-alimentée, le gros avantage d'Iter est qu'il ne produira aucun déchet radioactif après utilisation. Cependant, en période de fonctionnement, Iter provoquera des rejets de tritium radioactifs dans l'air et dans l'eau de la Durance. Le tritium, reconnu pour être une substance cancérigène, pénètre dans les êtres humains ou les animaux par ingestion, aspiration ou encore absorption à travers la peau et provoque de nombreux cancers.  De plus, les parois du Tokamak étant soumises aux projections de neutrons, elles vont elles mêmes devenir radioactives et devront être changées de façon régulière. Nous nous retrouverons donc avec le même problème que les centrales actuelles.

 

radioactivité 

 

De plus, la construction d'Iter aura un impact environnemental considérable :

-la venue de 300 convois exceptionnels, nécessitant l'élargissement des routes, l'abattage des arbres et la démolition de ponts classés Natura 2000

-la construction des bâtiments amputera 180 hectares d'une forêt domaniale

-l'enfouissement du réacteur entrainera le comblement d'un vallon entier

-la ligne haute tension arrivant au site devra être doublée pour fournir la puissance nécessaire

-30 000 tonnes de déchets radioactifs seront générés par les expérimentations

 

 

chantier                    la chaussée des géants

Voici le site de Cadarache en cours de construction :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site